Plantes Médicinales

Romarin : propriétés, bienfaits, utilisations

Abondant à l’état sauvage sur tout le pourtour méditerranéen, le romarin aime les terrains calcaires et s’accommode très bien des contrées arides et rocailleuses. Exploitées pour leurs vertus médicinales, les branches feuillues, fraîches ou séchées de cette plante condimentaire sont également couramment utilisées pour parfumer grillades, ragoûts, civets, soupes et autres sauces.


Propriétés médicinales du romarin

Utilisation interne

  • Favorise la digestion, régule les lipides, améliore la circulation sanguine : cholagogue (aide à l’évacuation de la bile), antispasmodique.
  • Diurétique : il réduit les risques de calculs rénaux ou de goutte et prévient les rhumatismes.
  • Antistress, antifatigue : il prévient l’insomnie et permet de lutter contre le surmenage intellectuel.
  • Effet antioxydant : contre le vieillissement cellulaire.
  • Contre les affections de la peau : infections, plaies, nettoyage de la peau et des zones génitales.
  • Accélère la pousse des cheveux.
  • Permet de lutter contre certains agents pathogènes : antimycosique et antibactérien.
  • Soulage les rhumatismes.

Indications thérapeutiques usuelles

  • La choline qu’il contient agit comme régulateur des lipides, au niveau du foie, et favorise la digestion.
  • Ses vertus diurétiques facilitent l’activité rénale et participent à la prévention du rhumatisme.
  • Ses propriétés antioxydantes ont un effet de stimulation sur l’activité cérébrale et améliorent la mémoire.

Autres indications thérapeutiques démontrées

Le romarin convient également comme défatigant, pour stimuler les personnes qui souffrent d’asthénie, tout en agissant préventivement contre l’insomnie. Il possède des qualités antiseptiques qui en font un bon agent pour nettoyer la peau et les zones sensibles ou agir directement sur les plaies infectées. Il peut aussi être utilisé pour son pouvoir antitussif.

Utilisation et posologie du romarin

Dosage

Par voie interne :

– En infusion, 2 g de feuilles de romarin séchées dans 150 ml d’eau bouillante, pendant 10 min, à raison de 2 ou 3 tasses par jour.

– En extrait liquide, 2 ml, 3 fois par jour.

– En teinture, 10 ml, 3 fois par jour.

– En huile essentielle, on préconise la prise de 2 gouttes de romarin à verbénone, sur un morceau de sucre, chaque matin. Une cure de 3 semaines est destinée à stimuler l’activité du foie et de la vésicule biliaire. L’huile essentielle de romarin à camphre est, quant à elle, recommandée pour équilibrer le système neuromusculaire. Enfin, l’huile essentielle à cinéole a des vertus expectorantes.

Par voie externe :

Le romarin est alors utilisé pour les rhumatismes et la stimulation de la circulation sanguine périphérique.

– On peut réaliser une infusion concentrée avec 40g de romarin pour 1 litre d’eau, à laisser infuser jusqu’à refroidissement puis filtrer la préparation.

– On peut aussi appliquer, sur les parties à traiter, des compresses chaudes ou froides, imbibées d’une solution de 6 à 10% d’huile essentielle diluée dans de l’huile végétale.

– Pour obtenir une lotion à frictionner efficace, on mélangera quelques gouttes d’huile essentielle dans de l’alcool à 45%.

– Un bain, à des fins stimulantes, réalisé à partir d’un litre de décoction ou de 10 gouttes d’huile essentielle ajoutés à l’eau, sera plutôt recommandé le matin.

– Les lotions, pommades, gels ou onguents contiennent, en principe, 6 à 10% d’huile essentielle de romarin.