LES COMPLICATIONS CARDIOVASCULAIRES DU DIABÈTE

Le diabète peut entraîner des complications cardio vasculaires (troubles cardiaques, vasculaires ou artériels) car il altère aussi les gros vaisseaux sanguins (artères du cou, des jambes, du cœur… ) : c’est ce qu’on appelle « macroangiopathie ».

Les complications du cœur et des artères sont 2 à 4 fois plus fréquentes chez les personnes diabétiques que dans le reste de la population. Conjugué à d’autres facteurs tels que l’hypertension artérielle (HTA), le tabagisme et l’excès de cholestérol, le risque de développer des complications cardiovasculaires augmente. Equilibrer son diabète, connaître et agir conjointement sur les autres facteurs de risque sont les moyens essentiels pour éviter les maladies cardiovasculaires et limiter leurs effets.
 

Qu’est-ce que c’est ?

Causes

Des plaques d’athérome (dépôts de graisse) apparaissent à l’intérieur des vaisseaux. Avec le temps, ces plaques tendent à se durcir en devenant fibreuses et en se calcifiant (c’est l’athérosclérose). Chez les patients diabétiques, l’athérosclérose est un peu particulière car les artères tendent à se fragiliser et à se rigidifier du fait de la glycation des structures des parois : cela correspond au « sucrage » des cellules. 

Conséquences

Les plaques d’athérome, en s’épaississant, vont rétrécir le calibre de l’artère (sténose), gêner progressivement la circulation du sang vers les organes, et les priver ainsi d’oxygène. À terme, ces plaques peuvent complétement boucher l’artère.

Lorsque les plaques sont instables, elles peuvent alors se rompre et entraîner la formation de caillots (thrombose) qui finissent par obstruer brutalement l’artère. L ‘excès de sucre dans le sang favorise la formation de ces caillots.
Au départ, les plaques d’athérome se développent souvent sans symptômes, mais faute d’une prise en charge précoce, elles peuvent entraîner des accidents cardiovasculaires. Les organes qui dépendent de l’apport de sang véhiculé par ces vaisseaux sanguins vont souffrir et certaines zones pourront même être détruites.  Ces atteintes peuvent toucher le plus souvent :

  • Les artères coronaires : la « thrombose coronaire », est, par exemple, la formation d’un caillot dans les artères qui irriguent le cœur. Elle peut conduire à l’infarctus du myocarde (crise cardiaque),
  • Les artères du cou, à l’origine d’accident vasculaire au niveau du cerveau : c’est l’accident vasculaire cérébral ou « AVC »,
  • Les artères des membres inférieurs, qui en cas d’atteinte, sont responsables de l’artériopathie oblitérante des membres inférieurs (AOMI).

Quelle prévention ?

Le diabète est donc un facteur de risque cardiovasculaire en soi. Si l’on ne peut rien contre les facteurs de risque dit « non modifiables » (l’hérédité, l’âge, le sexe, les hommes étant plus touchés que les femmes), on peut cependant agir efficacement : équilibrer son diabète, contrôler les autres facteurs de risque cardiovasculaire (hypertension artérielle, obésité, sédentarité, tabagisme, cholestérol…) font partie du traitement et constituent les éléments d’une bonne prévention.
En fonction des autres facteurs de risque associés, votre médecin vous prescrira un bilan cardiologique annuel.

Merci d’avoir pris le temps de lire notre article, pour recevoir les autres, rejoignez-nous sur : Facebook
Merci de partager si vous aimez!